Première publication de l’institut de l’open innovation

L’open innovation est un terme créé par Henry Chesbrough dans « Open Innovation : The New Imperative for Creating and Profiting from Technology » publié en 2003. Ce terme regroupe les pratiques organisant et mettant en oeuvre les activités d’innovation qui font appel à la fois à l’interne et à l’externe d’une entreprise.
Le partage, l’échange, la diffusion d’informations et de moyens, avec toutes les parties prenantes de l’écosystème naturel de l’entreprise, devient la règle. Cette ouverture fait que l’entreprise n’est plus la propriétaire exclusive de ses données.

Ce concept a déjà plus de 10 ans.
Si en France, ce sont les grands opérateurs télécoms Orange, Bouygues, SFR qui se sont lancés les premiers dans l’aventure, aujourd’hui tous les secteurs d’activité sont concernés. Avec la révolution numérique et les transformations économiques qu’elle induit, les innovations se succèdent et les entreprises qui ne peuvent tout connaître ni tout maîtriser, doivent s’adapter. Leur organisation traditionnelle souvent trop lourde, ne leur permet plus de suivre le mouvement.
C’est désormais en multipliant leur coopération, leur relation avec l’ensemble des acteurs de leur écosystème (clients, fournisseurs, start-up) que la plupart des entreprises entendent concrétiser leur stratégie ainsi que leur projet innovant.
Pour rester dans le tempo, il devient donc préférable de travailler avec de petites entités, plus faciles à développer. Ainsi, ces dernières années, les entreprises ont  cherché à collaborer avec  des start-up qu’elles souhaitent intégrer dans leur processus d’innovation. Les start-up quant à elles se sont multipliées, et se sont tournées vers les grands groupes pour assurer leur croissance. Elles ont l’embarras du choix : les modèles de développement et de collaboration sont nombreux.

Devant ce constat,  de grands groupes comme Altran, Mazars, Société Générale (et l’Ecole Centrale) se sont associés pour créer l’institut de l’open innovation en Juin 2014.
Ils espèrent ainsi répondre aux besoins des entreprises qui souhaitent mettre en œuvre ce type de collaboration avec des start-up et « devenir un centre d’expertise en innovation ouverte ».
L’entreprise doit en effet changer de posture et travailler différemment avec l’ensemble de ses partenaires.  Par ailleurs, entreprises et start-up doivent aussi apprendre à se connaître car elles sont issues d’univers très différents.
L’institut propose notamment des formations et prestations d’accompagnement au changement pour les entreprises qui le souhaitent, mais également la constitution d’incubateurs dédiés.
Sa récente et toute première publication sous forme de livre blanc intitulée « S’engager dans l’open innovation, fondations, démarches et grandes pratiques », présente particulièrement la démarche et les différentes étapes de l’open innovation

A consulter :
Etude de l’Institut Open Innovation « S’engager dans l’open innovation : fondations, démarches et grandes pratiques » est téléchargeable sur son site :
http://www.institutopeninnovation.fr/etude-s-engager-dans-l-open-innovation

Pour aller plus loin :
« L’Age de la multitude : entreprendre et gouverner après la révolution numérique » – Nicolas Colin, Henri Verdier,  sur le blog :
http://www.colin-verdier.com/l-age-de-la-multitude-le-livre/

Françoise CARRADE | Documentaliste en entreprise

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :