Le portail d’archives ouvertes HAL-Rennes 1 : interview de Laurent Jonchère, en charge du portail

Depuis presque dix ans, je suis correspondante pour HAL, serveur français d’archives ouvertes, au sein d’un laboratoire de Géologie de l’Université de Rennes 1 et du CNRS. Ce laboratoire, Géosciences-Rennes, a été pionnier dans ce domaine, avec la création de HAL-INSU, en collaboration avec DocPl@nets, le réseau des professionnels de l’information de l’Institut National des Sciences de l’Univers. Depuis 2011, cette Université a fait de la visibilité de sa recherche sur l’Internet un chantier prioritaire. Un chargé de mission « Archives Ouvertes » a donc été nommé, et un vrai réseau de correspondants HAL constitué, au sein de l’Université. Ce chargé de mission, que j’interviewe aujourd’hui, est Laurent Jonchère, du Service Commun de la Documentation de Rennes 1. Il est l’administrateur de HAL-Rennes1.

HALv3-test

OhMyLittleData : Laurent, une décision du Comité Scientifique de l’Université de Rennes 1 a créé fin 2011, le poste de chargé de la mission « Archives ouvertes » de l’Université. Quand le portail a-t-il été créé, et pourquoi ce choix ?

Laurent Jonchère : Le portail HAL-Rennes 1 a été créé fin 2012, dans le but d’augmenter la visibilité de Rennes 1 dans le paysage de la recherche internationale. Nous avons choisi la formule « portail », plutôt que collection, pour avoir une plus grande autonomie dans la gestion des collections : il y en a désormais une par laboratoire affilié à Rennes 1. Et pour les laboratoires qui l’ont demandé, ou auxquels nous l’avons proposé, il existe au sein desdites collections, des sous-collections regroupant la production des équipes de recherche au sein de ces laboratoires, voire des collections de thèses.

OhMyLittleData : le portail est il exhaustif ?

Laurent Jonchère : Pendant deux ans, deux contractuelles ont fait de la saisie rétrospective pour couvrir l’ensemble de la production bibliographique sur la période 2010-2013. Ce support financier est achevé. Depuis 2013, un réseau de 8 personnes, toutes volontaires, a été créé au sein du SCD, le Service Commun de Documentation de Rennes 1, afin de déposer le texte intégral des publications récupérés auprès des auteurs et/ou saisir 2014, puis 2015, pour la bibliographie de certains labos. En effet, quelques uns d’entr’eux ont affecté des personnels comme correspondants HAL pour leur unité. Ces personnes sont documentalistes, secrétaires, voire même directeur de laboratoire, et saisissent eux-mêmes les références et les notices, dans les collections de laboratoires dont ils ont la charge. Pour les autres laboratoires, sans correspondants HAL, c’est l’équipe du SCD que je viens de mentionner qui fait la saisie.

OhMyLittleData : S’agit-il seulement de références bibliographiques, ou également de notices, plus complètes, puisqu’incluant le texte intégral ?

Laurent Jonchère :  L’équipe au sein du SCD, s’est donné pour objectif de compléter un maximum de références bibliographiques récentes en récupérant le texte intégral. Il faut savoir qu’il faut le plus souvent le pré-print (fichier avant corrections) ou le post-print (dernier fichier relu par les pairs et accepté pour publication envoyé à l’éditeur, avant mise en forme éditoriale). En effet, la plupart des éditeurs s’opposent à la mise en ligne du fichier « publisher », dans sa forme éditée finale. Cependant 75% des éditeurs autorisent, et ce, avec ou sans embargo, la diffusion sur une archive ouverte, du pré et/ou du post-print. Il y a 10900 notices (avec texte intégral) pour 32900 références seules. Soit 26,5% de notices. Nous travaillons à améliorer ce score.

UR1+UEBquadri-vec

Source : http://www.univ-rennes1.fr

OhMyLittleData :  La saisie actuelle est –elle manuelle ?

Laurent Jonchère : Pour l’ensemble de la production en « Sciences dures », nous voulons désormais procéder par import bibtex, avec l’outil HAL v3 Bib2HAL à partir de plusieurs bases de données, dont le Web of Science (WoS), très complet dans ces domaines. Pour les laboratoires de droit, il faudra toujours une saisie manuelle, le WoS n’étant pas du tout exhaustif en Sciences Humaines et Sociales (SHS).

OhMyLittleData : Quelles sont les particularités de HAL-Rennes 1 ?

Laurent Jonchère :  Nous avons, avec la collaboration d’Olivier Troccaz, un informaticien de Rennes 1 (Ingénieur de Recherche CNRS), mis en place un script qui permet d’afficher dynamiquement sur le site web d’un laboratoire la liste des publications déposées dans HAL, avec un formulaire de recherche qui permet l’affichage et l’extraction de la production de ce labo (exemple ici avec le laboratoire Géosciences-Rennes). Par ailleurs, un service d’aide à la création de bilans bibliographiques, à partir d’une extraction de HAL se met en place actuellement. Ce script a été créé par Philippe Gambette, de l’Université Paris-Est, Créteil, Val de Marne, repris et adapté en profondeur à Rennes 1 par Olivier Troccaz (pour la mise en œuvre) et moi-même (pour la conception). Ce sera une grande aide pour les laboratoires dans la création des bilans de leur production bibliographique, pour le prochain quinquennal, qui doit voir la reconduction des contrats passé entre les labos et l’Etat.

OhMyLittleData : Quels sont désormais vos objectifs ?

Laurent Jonchère :  L’activité devra couvrir l’ensemble de la production du quinquennal (2010-2015) pour atteindre l’exhaustivité en avril prochain, tout en augmentant la part du texte intégral. Nous comptons également poursuivre nos rencontres avec les chercheurs et enseignants-chercheurs dans leurs laboratoires. Il faut aussi faire le bilan du coût, pour l’ensemble de l’Université de Rennes 1, des publications en revues « open access » (Voie dorée) ; et réfléchir sur l’accès aux données de la recherche faite à Rennes 1. Nous nous efforçons, en outre, de prévoir l’évolution des services dans le cadre de la fusion de Rennes 1 et Rennes 2 en 2016. Et enfin nous anticipons la création, prévue pour la même année, de la COMUE UBL ou COMmunauté d’Universités et d’Etablissements Université de Bretagne-Loire.

OhMyLittleData : Quelles améliorations sont souhaitables à court ou moyen terme ?

Laurent Jonchère : La nouvelle version de HAL, que nous attendions depuis longtemps, apporte des avancées réellement positives par rapport à la version précédente. Cependant, des freins subsistent, notamment l’impossibilité de combiner dépôts masqués (embargo indéfini) et bouton de demande de tiré à part (reprint request), fonctionnalités pourtant présentes sur la plupart des archives ouvertes. Néanmoins, le suivi probable des recommandations du rapport de Serge Bauin « feuille de route pour HAL » pour les évolutions futures de l’archive ouverte nationale nous incite plutôt à l’optimisme.

Isabelle DUBIGEON | Documentaliste Scientifique et Technique

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :