HAL v3. Tout nouveau, tout beau ?

cropped-oa-badges.jpgsource : http://ciatblogs.cgiar.org/knowledgemanagement/open-access-essentials/

Créé par le Centre pour la Communication Scientifique Directe (CCSD), le serveur d’archives ouvertes HAL fédère désormais les portails de grandes institutions de recherche et d’enseignement français : INRIA, BRGM, Instituts du CNRS (ex : HAL-INSU), Universités (ex : HAL-rennes 1), etc.  Au sein de ces portails, des collections sont gérées par des référents, qui sont souvent, comme moi, des professionnels de l’Information Scientifique et Technique (IST).  Ces collections regroupent les productions des laboratoires, équipes de recherche, revues, etc. Très fréquemment, une personne est missionnée au sein d’une structure de recherche, non seulement comme référent de collection, mais aussi pour alimenter HAL avec l’ensemble des productions bibliographiques de ladite structure, et les auteurs ne s’en préoccupent pas. C’est le cas à Géosciences-Rennes, le laboratoire dont je suis membre. Je suis responsable de la visibilité de la production scientifique de l’ensemble du laboratoire dans HAL. Le problème avec HAL v2 était surtout le manque d’identifiant unique pour les auteurs, les laboratoires, les équipes que l’on pouvait donc trouver sous plusieurs formes.

Or, le tout nouveau HAL v3 vient d’apparaître dans le quotidien de nos activités.

Avec cette troisième version, le CCSD entend créer la possibilité de nettoyer la base de toutes ces saisies hétérogènes, en offrant la possibilité de créer des identifiants uniques pour lesdits auteurs, laboratoires et équipes : les référents des collections peuvent désormais « faire le ménage » dans les structures. Mais pour les auteurs, eux seuls, peuvent créer leur identifiant unique HAL (idHAL). Or dans mon laboratoire, moi seule alimente le serveur en références et texte intégral. Comme je ne pourrai jamais motiver tous ces auteurs pour qu’ils s’emparent de l’outil et créent eux-mêmes leur idHAL, les formes auteurs multiples ont encore de beaux jours devant elles. C’est dommage, car outre une meilleure visibilité de leurs travaux, HAL v3 leur offre également la possibilité de créer, très facilement leur CV.

Enfin le serveur, dans cette toute nouvelle troisième version, ne propose pour l’export que les formats CSV (non paramétrable), BibTeX, XML-TEI et EndNote ; mais plus le pdf ou rtf, pourtant bien pratiques pour tirer des listes paramétrées par l’usager, propres et triées. Avec ces deux formats, qui n’existent maintenant plus, les chercheurs et enseignants-chercheurs étaient autonomes pour fournir leur production bibliographique, dans le cadre d’une demande de crédits, d’un bilan, etc…

Pour pallier cette défaillance, un groupe de documentalistes de l’Université de Rennes 1 travaille avec un informaticien pour améliorer un script php permettant une extraction nette, paramétrable et aux formats rtf ou pdf, des références bibliographiques des laboratoires (ou équipes) de Rennes 1. Cela devrait nous permettre de présenter des listes bibliographique propres et pertinentes, aux experts chargés de l’évaluation quinquennale de nos laboratoires. Pour Géosciences-Rennes, les listes pour ce bilan devront être prêtes pour mai 2015. Cela arrive à grands pas.

HAL v3 est sorti en octobre 2014, et les « bugs » les plus manifestes ont été résolus. Restent le problème des idHAL et celui des exports…

Isabelle D. | Documentaliste Scientifique et Technique

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :