Réaction au Plan S en SHS

« CAIRN.info est un portail de publications – livres, revues et magazines – de sciences humaines et sociales de langue française, créé en 2005. Avec près de 500 revues et 10.000 ouvrages édités par 200 maisons d’édition ou structures éditoriales différentes – presses universitaires, associations savantes, etc. –, il s’agit sans aucun doute d’un des principaux outils mis à la disposition des internautes – chercheurs, étudiants, professionnels, grand public motivé – intéressés par les publications en sciences humaines et sociales de langue française.

Le modèle d’accès que nous avons retenu est un modèle mixte gratuit / payant, certaines revues étant diffusées à titre entièrement gratuit sans aucune période d’embargo, d’autres appliquant un moving wall (accès payant aux derniers numéros, accès gratuit aux numéros plus anciens), de sorte qu’aujourd’hui plus de deux tiers des articles que nous diffusons le sont en accès absolument gratuit, en tous formats (PDF/html) pour tous les internautes.

Etant donné la diversité des titres présentés sur notre portail et la diversité des maisons d’édition ou des structures éditoriales avec qui nous travaillons, nous n’avons évidemment aucune prétention à pouvoir prendre la parole en leur nom. Nous pensons néanmoins disposer d’un poste d’observation suffisamment privilégié sur le secteur de l’édition S.H.S. de langue française, pour exprimer un avis motivé sur le Plan S. « 

Pour lire l’intégralité de l’article, voir sur le site cairn.info

Publicités

Consultations 2018 de HAL

Le dernier billet du Blog du CCSD présente un topo sur les consultations de HAL, HAL-SHS et TEL en 2018 :

https://www.ccsd.cnrs.fr/2019/03/consultations-de-hal-en-2018-les-requetes-de-google-scholar-amenent-le-principal-du-trafic/

Pour mémoire, HAL est LE serveur d’archives ouvertes de la communauté scientifique française. Les chercheurs, enseignants-chercheurs, les laboratoires et les établissements peuvent y verser leur production bibliographique. La politique de HAL, renforcée par les demandes du MNESRI concernant le plen national pour une science ouverte recommande de mettre non seulement la référence, mais aussi le texte du document produit. Depuis a loi « Pour une République numérique », c’est possible quelle que soit la politique éditoriale de l’éditeur. A condition de mettre le post-print, c’est à dire le fichier Accepté après corrections, non mis en forme par l’éditeur. Avec un embargo de six mois après publication en ligne pour les « Sciences dures » et un an pour la SHS.

TEL est l’archive ouverte des thèses (Thèses En Ligne). Le dépôt du manuscrit y est obligatoire pour tout versement.

D’après le billet de blog du CCSD, les consultations de HAL proviennent pour une large part de Google scholar et pour TEL de Theses.fr

Avec le plan national pour une science ouverte L’archive HAL et TEL sont appelés à se développer puisque ce plan vise à mettre en Open access l’ensemble de la production scientifique publique financée pour plus de la moitié par le public

Bonne lecture.

Édition scientifique ouverte et structurée : les bonnes pratiques éditoriales

Avec le Plan National pour la Science Ouverte (juillet 2018), la France s’engage pour que les résultats de la recherche scientifique soient ouverts à tous, chercheurs, entreprises et citoyens, sans entrave, sans délai, sans paiement. En vue de construire la bibliodiversité, deux mesures centrales sont prises : explorer les nouveaux modèles économiques pour les revues comme pour les livres en accès ouvert et dynamiser les presses universitaires et le secteur éditorial qui feront le choix de l’accès ouvert. Enfin, la France participera à l’échelle européenne et internationale à la structuration de la science ouverte en contribuant notamment aux infrastructures comme le DOAJ (Directory of Open Access Journals) ou la fondation franco-néerlandaise Directory of Open Access Books (DOAB).

Après la première rencontre Visibilité des revues scientifiques et référencement dans les systèmes d’information organisée en 2016, le groupe de travail GT Revues, adossé à la Commission Recherche de l’Université Toulouse – Jean Jaurès, organise une 2e rencontre autour de l’édition afin d’inscrire durablement la question de l’édition numérique ouverte et structurée dans la politique scientifique de l’établissement, le 22 février 2019

Pour en savoir plus, voir le site de notre source : « Ouvrir la science »

Ouvrir la science !

L’équipe du comité de rédaction du site composée de Marin Dacos (MESRI), Cécilia Fabry (Inist CNRS), Sophie Giraud (MESRI) , Thérèse Hameau (Inist CNRS), Patrick Kremer (Inist CNRS) , Sophie Mazens (MESRI) a commencé à travaillé au printemps 2018 à la définition des besoins et aux fonctionnalités.

Le comité de rédaction se réunit mensuellement au ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. (…)

Voir le site de notre source : l’INIST

Journées Nationales de la science Ouverte 2018

Ces journées se sont tenues les 4, 5 et 6 décembre 2018, à Paris

« De la stratégie à l’action », telle était leur thématique

Vous pouvez retrouver sur twitter le déroulé récapitulatif de ces journées avec le hashtag #JNSO2018

 

Et les vidéos des différentes interventions ici

 

7e atelier de formation sur la gestion-valorisation des données de recherche dans les laboratoires

Le groupe de travail Dialogu’IST du réseau Renatis propose le 13 décembre 2018 matin un 7e atelier de formation sur la thématique de gestion et de valorisation des données de recherche dans les laboratoires.

Cet atelier s’articulera en lien étroit avec la journée du groupe de travail inter-réseau « Atelier données » du 27 novembre et la réunion annuelle RDA (Research Data Alliance) France du 5 décembre. L’objectif est d’apporter des réponses concrètes à la question « Comment FAIRe vivre les données ».

Après une intervention de Francis André, coordinateur de l’alliance RDA France, sur le paysage politique et culturel de la Science Ouverte, seront exposés différents retours d’expériences sur la mise en œuvre de gestion des données et des principes FAIR, de DMP, etc. Professionnels de l’IST, Ingénieurs de Recherche scientifiques ou informaticiens présenteront leurs projets de plateforme de gestion des données et leur utilisation, les conséquences sur les comportements et métiers ainsi que des « trucs et astuces » pour la réussite de tels projets.

Vous souhaitez participer à cet atelier, échanger avec différents acteurs sur vos besoins et pratiques, ou tout simplement apprendre sur les expériences déjà réalisées, n’hésitez pas à rejoindre l’un des 13 centres (voir liste dans le programme). Vous êtes invités à prendre contact avec le responsable du centre pour une pré-inscription et attendus nombreux !

Journée d’étude « interopérabilité et pérennisation des données de la recherche. Comment FAIR en pratique ? »

La journée thématique organisée le 27 novembre 2018 par le groupe de travail inter-réseaux « Atelier Données » de la MITI à Jussieu a été bien suivie.

Pour mémoire, les principes FAIR sont de rendre les données trouvables, accessibles, interopérables et réutilisables (Findable, Accessible, Interoperable, Reusable)

Les supports des présentations seront déposés progressivement sur la page du programme et une publication de synthèse est prévue pour 2019.

Première édition des journées de la Science Ouverte

« De la stratégie à l’action »

4, 5 et 6 décembre 2018, à Paris

D’une certaine façon, tout a été dit depuis 20 ans sur la science ouverte. Nous connaissons les bénéfices qu’elle apporte à la science et on devine ceux qu’elle apporte à la société. Son histoire est jalonnée de déclarations fondatrices dans ses différentes dimensions, de Berlin à Jussieu, de Sébastopol à San Francisco.

L’annonce par Frédérique Vidal du plan national pour la science ouverte, le 4 juillet 2018, dépasse le stade des principes et met en œuvre une politique qui est à la fois une politique publique et une stratégie scientifique. Elle définit, comme l’a fait la recommandation européenne de 2012, de nouvelles règles et décide de couvrir un spectre beaucoup plus large que la seule ouverture des publications, qui est le premier étage de la science ouverte mais ne peut pas s’y résumer.

Le plan s’articule en effet autour de trois axes majeurs :

  • généraliser l’accès ouvert aux publications,
  • structurer et ouvrir les données de la recherche,
  • s’inscrire dans une dynamique durable, européenne et internationale.

La science ouverte n’est en effet pas une évolution technique, mais un changement profond de paradigme, qui implique des évolutions à différents niveaux des processus scientifiques, en amont comme en aval. Elle constitue une opportunité pour améliorer la recherche elle-même mais aussi sa dimension collaborative et sa relation avec la société.

Ces premières journées nationales de la science ouverte, organisées par le Comité pour la science ouverte, ont pour vocation de faire un état des lieux de la question pour permettre aux acteurs de la recherche, et en premier lieu les chercheurs, d’identifier les évolutions possibles de leurs pratiques quotidiennes, dans leur communauté.

Préinscriptions avant le 20 novembre sur le site des journées

Les propositions de posters se font via le site https://jnso2018.sciencesconf.org dans la rubrique « Soumission de poster » avant le 20 novembre 2018 également.

 

FRéDOC 2018

Démarches innovantes en IST : expérimenter, proposer, (se) réinventer

 

Tél était le thème des FRéDOC 2018 (Formation Réseaux de la DOCumentation) qui se sont tenues à ALBI début octobre.

 

Nous y avons échangé sur le thème de l’Open science et de l’évolution qu’elle impose dans nos pratiques

Relever les défis de l’Open Science,  rendre la recherche plus ouverte et accessible à tous : les professionnels de l’IST, doivent être en mesure de proposer des services innovants et adaptés aux évolutions ; de les valoriser le plus largement possible afin de les positionner clairement au coeur des laboratoires et des équipes de recherche.

Décloisonner les pratiques professionnelles, favoriser la collaboration avec les chercheurs et s’insérer efficacement dans les projets scientifiques.

Pour voir les supports des différentes présentations, c’est par ici, sur le site de la conférence

Bonne lecture…

Simon Chignard a testé Google Dataset Search, le moteur de recherche open data

Google vient de lancer en mode bêta Google Dataset Research un moteur de recherche dédié à la découverte des jeux de données ouvertes. L’annonce a été diversement accueillie au sein de la communauté de l’open data, certains y voyant une confirmation que l’open data est devenu un vrai sujet grand public, d’autres s’inquiétant du rôle que pourrait jouer à terme Google comme point d’accès unique à l’offre de données ouvertes.

Simon Chignard nous propose dans ce billet de découvrir les fonctionnalités de ce nouveau outil, d’en expliquer rapidement le fonctionnement et in fine d’en montrer les limites. Car il n’y a pas de miracle: la découvrabilité des données est un problème complexe que Google, malgré sa bonne volonté et son expertise n’a pas (encore) réussi à résoudre.

A voir sur Données ouvertes