Open Access et Open Data : politique d’établissement et mise en oeuvre dans les projets H 2020

img_logo_amueLe 29 septembre 2016, est organisée, à Paris une formation sur l’open access et l’open data, dans le cadre du programme H2020

♦ Objectif(s) :

– Connaître les enjeux, la réglementation et les évolutions de l’open access et de l’open data au niveau national, européen et international

– Appréhender le vocabulaire de l’open access et de l’open data

– Savoir mettre en œuvre l’open access et l’open data dans le cadre des projets du programme européen Horizon 2020

♦ Programme :

+ Contexte et historique de la dynamique de l’open access

+ Les positions françaises, européennes et internationales

+ Focus sur les exigences open access et open data du principal financeur européen – le programme Horizon 2020

+ Devenir un acteur de l’Open Access :

– Les stratégies des éditeurs

– Des exemples de stratégies d’établissements

– Les outils existants (licences, archives en ligne, revues,…)

– Les réseaux professionnels

+ Mettre en place une stratégie d’open access dans ses projets Horizon 2020 (plan de gestion des données/data management, plan exigé dans les projets H2020)

♦ Public(s) cible(s) :

+ Responsables des services
de recherche et de valorisation
+ Chercheur(euse)s et enseignant(e) s-chercheur(euse)s

♦ Intervenant(s) :

+ Chargé(e)s de mission Open access / Bibliométrie

♦ Divers :

Les + Capitaliser sur les bonnes pratiques / Points de vigilance / Retour d’expérience et échanges entre participants

Toutes infos sur notre source : l’AMUE

DOIs for ocean data, general principles and selected examples

Un outil remarquable pour publier vos données de manière fiable et pérenne : Le DOI (Digital Object Identifier). Voici un article en open access, écrit par Frédéric Merceur (IFREMER), qui traite du sujet.

 Merceur Frederic (2016). DOIs for ocean data, general principles and selected examples (Argo, French cruises). http://doi.org/10.13155/44515 This document describes the general principles of Digital Object Identifiers (DOI). It provide examples of DOI implementation useful for AtlantOS H2020 project networks. A DOI is an allocation of unique identifier. Generally used to identify scientific publications, a DOI can be attributed to any physical, numerical or abstract resource. http://doi.org/10.13155/44515

Banque d’enquêtes qualitatives en sciences sociales (BeQuali)

Afin de mettre à disposition de la communauté scientifique les donées issues d’enquêtes en Sciences Humaines et Sociales, Sciences-Po a créé

La banque d’enquêtes qualitatives en sciences sociales (beQuali),  un outil, à vocation nationale, développé au sein du Centre de données socio-politiques (CDSP, UMS 828 Sciences Po – CNRS).

BeQuali poursuit trois objectifs, d’égale importance, qui sont les suivants :

  • patrimoniaux, en participant, aux côtés d’une multitude d’acteurs, à la dynamique de conservation des données de la recherche en France ;
  • pédagogiques, en montrant la diversité des démarches menées à partir de méthodes qualitatives (entretiens, observations, …). Aussi, la mise à disposition de matériaux d’enquêtes peut servir aux enseignants, et aux étudiants, dans le cadre de la formation à la recherche ;
  • scientifiques, en permettant aux chercheurs de procéder à l’ analyse secondaire des enquêtes disponibles sur ce site. La préservation de la mémoire du travail scientifique constitue également une opportunité d’enrichir l’histoire des sciences et des méthodes.

Une équipe de cinq chargés d’études, accompagnée par les informaticiens du laboratoire, se consacre au projet

Pour en savoir plus : voir notre source sur le site Bequali

#Datasession à la Cour des comptes

ccomptes_logoLes adeptes de la data ont pu s’en donner à coeur joie vendredi et samedi dernier à la Cour des comptes. En effet, cette dernière organisait sa première #DataSession au Palais Cambon avec la précieuse participation d’Etalab. Une occasion inédite pour cette la Cour de libérer de nouveaux jeux de données* et un pas de plus dans sa démarche d’open data et d’open gov*. A travers cette action, la Cour des comptes s’engage définitivement dans l’innovation ouverte*.
Lire la Suite →

« Plaidoyer pour une science ouverte »

En mars dernier, le CNRS a publié le livre blanc « Une science ouverte dans une République numérique ». À la tête de la Direction de l’information scientifique et technique (Dist) qui a piloté cet ouvrage, Renaud Fabre nous en explique les enjeux.

Une nouvelle étape, capitale, se dessine pour la science : le numérique offre la possibilité d’un partage des connaissances à une échelle inédite. La Commission européenne a pris acte de cette évolution, en faisant du principe de science ouverte, une priorité. Alors qu’un projet de loi « Pour une République numérique » est en cours de débat au Parlement français, une réflexion de la part des acteurs de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (ESR) s’avérait donc indispensable pour partager les constats, identifier des priorités et élaborer des propositions construites à partir des pratiques des chercheurs et des personnels concernés

Pour lire l’intégralité de l’article, sur le site du CNRS, cliquez ici

Quelques informations à propos du Projet de loi Pour une République numérique – Texte n° 325 au Sénat

open-scienceVoici un résumé de l’état du projet de loi « Pour une République numérique », publié avec l’aimable autorisation de Pascale Talour

Les dates :
adopté le 26/01/2016 par l’Assemblée Nationale  transmis au Sénat le 26 janvier 2016
Discussion en séance publique au Sénat les 26, 27, 28 avril et 3 mai 2016

Deux articles concernent l’IST :
art 17 : conditions de dépôt d’un article – version finale  auteur acceptée pour publication  sur un format ouvert – une archive ouverte : accepté par l’ Assemblée Nationale et  toujours présent dans le Projet de loi présenté au Sénat

art 18 bis : concerne l’exploration de textes et données pour les besoins de la recherche publique : le texte  de cet article voté par l’Assemblée Nationale a été retiré par le Sénat
puis une nouvelle mouture a été proposée par Mme Mélot, sénatrice,  sous forme d’un amendement – voir en infra .

L’article 18 bis en question :

– art 18 bis : Le TDM en question : définition : text and data mining – fouille de texte et des données
Pour mémoire, l’exception text mining vise à autoriser l’extraction de corpus de textes et de données à des fins scientifiques : toute source légalement accessible pourrait être recopiée dans une base de données et librement partagée au sein des membres du projet scientifique
extrait d’une tribune du 06/04/2016 :  https://scoms.hypotheses.org/640L’exception text mining maintenue dans le projet de loi numérique ?

– art 18 bis :  l’amendement Mélot , au Sénat – déposé le 05/04/2016 et adopté par la Commission des Lois
http://www.senat.fr/amendements/commissions/2015-2016/325/Amdt_COM-408.html

– une réaction à cet amendement Mélot liant contrat avec les éditeurs et le TDM :
Loi République numérique : les chercheurs pourront-ils fouiller automatiquement n’importe quel texte ?
voir la tribune (08/04/2016) sur : http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/loi-republique-numerique-les-chercheurs-auront-ils-le-droit-de-fouiller-automatiquement-n-importe-quel-texte.html

Prise de position de la CPU ( Conférence des Présidents d’Universités) pour le TDM :

Les dirigeants d’organismes de recherche et d’établissements d’enseignement supérieur demandent la liberté d’accès à la fouille de textes et de données à des fins scientifique.
En tant que responsables d’organismes de recherche et d’établissements d’enseignement supérieur et de recherche, nous souhaitons solennellement attirer votre attention sur les conséquences qu’aurait la suppression de l’article 18 bis relatif à la liberté d’accès à la fouille de textes et de données à des fins de recherche scientifique (TDM: Text and Data Mining) dans la loi Pour une République Numérique actuellement en examen au Sénat.

Lire la suite : http://www.cpu.fr/actualite/loi-pour-une-republique-numerique-defendons-notre-souverainete-scientifique/

La recherche publique pourrait rapidement disposer d’un cadre juridique sécure pour porter ses développements TDM ?
Voir l’analyse faite par Michel Vajou pour Eprist ( les responsables IST des Epst et Epic français)
les éditeurs – le gouvernement  – les besoins des chercheurs – les contraintes du  champ d’application lié aux contrats editeurs tel que le propose l’amendement Merlot etc …
 Lire la suite : http://www.eprist.fr/

et toujours : Pour une science ouverte à tous
lien : https://www.change.org/p/thierry-mandon-education-gouv-fr-pour-une-science-ouverte-%C3%A0-tous

Une analyse sur ce que permet le Text and Data Mining

 

Libre accès et partage des données de la recherche … Vers une science ouverte ? II – L’exploration de contenus

text_mining_analytics_survey_softwareAprès la disposition permettant aux chercheurs de mettre gratuitement en ligne leurs publications réalisées dans le cadre de recherches sur fonds publics, nous allons examiner l’impact des amendements autorisant la fouille automatique de textes et de données (Text and Data Mining –TDM) sur le développement de la recherche.

Au départ cette mesure ne devait pas apparaître dans la loi ; en attendant une réglementation européenne sur la question, le Ministère de la Culture et de la Communication avait nommé une mission pour en faciliter le recours comme exception au droit d’auteur comme le signale Antoine Oury dans un article d’Actualitté. Les éditeurs, dans leur ensemble, étaient plutôt réticents à ouvrir leurs collections, même si certains grands acteurs, comme Elsevier ou Springer, accordaient des licences limitées aux chercheurs….

Pour lire la suite, voici notre source : Sciences-Po

Une explication ludique de l’open access

Dans une vidéo ludique et pleine d’humour, le Lab’ UA d’Angers présente le mouvement de l’Open Access.

Cela vous prendra 3 minutes 30 pour la visionner, il vous suffit de cliquer sur l’image !

c’est par ici : http://openarchiv.hypotheses.org/3443

La data en perspective – CNAM – 5 avril 2016

Logo_cnam

Une nouvelle qui vient d’arriver : Le CNAM organise une après-midi d’étude intitulée : « La data en perspective » le 5 avril prochain, à Paris

Programme

  • 14h – Introduction
    Les métiers de l’information et les métiers de la data en question
     Ghislaine Chartron, professeur du Cnam, chaire Ingénierie documentaire
  • 14h15-14h45
    Un début : l’usage de Google analytics
    Maria Mercanti Guerin, maître de conférence en gestion, Cnam
  • 14h45-15h15
    Le rôle et les compétences du Data-scientist
    Quinten
  • 15h15- 15h45
    Le master Data management (MDM) et la qualité des données de l’entreprise : synergies digitales et collaboratives
    Dominique Mariko, ExQi (Excellence Qualité Information)

    Pause

  • 16h-16h30
    Les fonctions du Data Protection Officer (DPO)
    Hélène Tanghe, Digital-ethics.com
  • 16h30- 17h
    Gestion des plans de données dans les laboratoires de recherche
    Cécile Delay, ComUe heSam et laboratoire Dynamiques Economiques et Sociales des Transports (DEST) de l’Ifsttar

Voilà un programme alléchant. Mais pour ma part, je ne pourrai m’y rendre. Et vous ??

« Le text-mining comme service aux chercheurs »

text_miningC’est avec un intérêt tout particulier que j’ai pu lire cet article de Frédérique BORDIGNON daté du 5 mars 2016. Il met en lumière les possibilités de collecte et d’enrichissement de données qui peuvent être déployées de manière exponentielle par le jeu de combinaison d’outils, d’algorithmes de text-mining et d’API de bases de données.
Je n’ai pu m’empêcher, en tant que gestionnaire de l’information juridique, de transposer cette application au domaine juridique et de trouver l’approche fort intéressante. A découvrir également, le site d’OpenMinTeD dont le projet d’infrastructure européen laisse présager de bonnes surprises.
Source : http://www.carnetist.hypotheses.org, F. BORDIGNON, 5 mars 2016
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.